Featured Posts

Le harcèlement de rue, un combat permanent


« Il se retourne vers moi, me regarde de haut en bas, comme si j'étais la plus belle pièce de viande de la vitrine d'un boucher... »

OK. Y en a marre. Nous ne nous battons pas pour nos droits depuis le 19e siècle pour laisser notre intégrité et notre autonomie corporelle à la merci d’un inconnu. 
Le harcèlement de rue c’est partout et tout le temps. Même si les faits sont en diminution de -7,2% (chiffre de la criminalité Police locale de Liège), la problématique est encore là et la solution toujours absente. Mais cette diminution, à première vue positive, ne serait-elle pas la conséquence d’un silence ? Le combat continue...

Politique et pékèt : l'interview barquette de Jean-Claude Marcourt



Jean-Claude Marcourt, c'est un peu notre mascotte. Pas uniquement parce qu'il fait un grand sourire à toute la file quand il est de passage chez Colson le dimanche, mais aussi parce qu'à nos débuts, il était déjà là. Non seulement, ça fait des années qu'il like notre page, mais c'est aussi un relais sûr quand il s'agit de partager nos déciguides. Et ça, ça nous fait chaud au coeur. Voilà pour l'homme.

De la pharmacie à la création, l'histoire inspirante des bijoux Harpie

marine candova
Avoir de bonnes notes, un bon diplôme, une carrière stable, un avenir tout tracé... Un schéma qu'on nous répète à l'envi, mais dans lequel il est parfois facile de se perdre. Certains, comme Alix, créatrice de Harpie, choisissent de s'en défaire pour mieux vivre leurs rêves. 

Le cinéma belge à la conquête de l'Ouest, les aventures d'Astrid au TIFF


Le Festival International de Toronto c’est 340 films (en un mot : « éclectique »). J’en ai vu 29. Pour les non-matheux : à peine 1/10 de la sélection. Ce texte est donc l’humble point de vue d’une journaliste en quête de films bien beurrés et de frites au fromage.

Journal de classe: les profs liégeois se confient avant la rentrée




A l'aube de cette nouvelle rentrée, tous les regards sont essentiellement tournés vers nos écoliers, certes, principaux intéressés.... Mais qu'en est-il de ceux qui, jadis apprentis, se retrouvent de l'autre côté du tableau aujourd'hui ?